Cons, finement.

Petits cons de la dernière averse, vieux cons des neiges d’antan… tous bêtement confinés.

Alors, on fait quoi maintenant ?

 

Petit kit du confinement heureux en 5 étapes.

1- On positive !

Oui, la peur et l’incertitude sont bien là. C’est important de reconnaître et d’accepter ces émotions qui nous traversent. Elles sont normales. Quel est leur message ? Agis.

Avoir peur, c’est bien, ça nous aide à être plus attentif, à mieux se protéger et protéger les autres.

Aussi, rappelle-toi, si tu ressens fortement ces émotions désagréables, c’est que tu as une bonne aptitude à ressentir aussi fortement les émotions agréables !

Alors, c’est parti :

D’abord, revenons dans l’ici et maintenant.

Quitte quelques instants tes pensées qui tournent en boucle et viens voir un peu dans ton corps : ferme les yeux (euh, mais pas tout de suite, hein !) et porte ton attention sur ta respiration. La sensation de l’air dans ton nez, ta gorge, les mouvements de ta poitrine, de ton ventre, de tes côtes. Prends conscience des zones de contacts de ton corps. Écoute les bruits autour de toi. Tu peux te visualiser dans un lieu qui te fait du bien (moi, j’aime bien me voir dans une forêt) et aussi te sourire de l’intérieur, recharger tes batteries de bienveillance envers toi-même. Profites, tu es vivant !

Essaie, au lieu de rigoler, tu verras, c’est plutôt agréable.

C’est ce qu’on appelle la méditation de pleine conscience. Des tas d’études et de bouquins parlent de ses bienfaits sur la santé mentale et physique. Tu peux trouver facilement des méditations guidées sur internet. Perso, j’aime bien méditer le matin, assise en tailleur, le dos bien droit, juste 10 minutes (je mets un minuteur pour pas regarder l’heure toutes les 2 minutes). Je trouve que ça a un vrai effet positif sur mon état d’esprit pour le reste de la journée. Essaie, ça ne coûte rien !

Et enfilons nos lunettes roses à paillettes !

En fait, avec un peu d’exercice, tu pourras constater que ton quotidien est truffé de petites choses agréables ou positives. L’odeur du café, un rayon de soleil, une douche chaude, … et de petites réussites : un repas bien préparé, un coup de ménage fait, etc. C’est la gratitude attitude, à cultiver sans modération !

Et au lieu de regarder en boucle des infos pas très positives, choisis plutôt de belles images de nature, un film détendant ou un coup de fil à un proche !

D’ailleurs, même cet épisode de confinement à plein de côtés positifs, à différents niveaux. Au lieu de critiquer ce qui est fait ou pas fait, considérons que chacun fait de son mieux. Cherchons à avoir un impact positif lorsque nous communiquons (le premier impact positif étant pour toi-même*). Si certaines choses te mettent en colère, transmettre cette colère à un maximum de personnes n’est peut-être pas la solution la plus constructive… La colère est un moteur, comme la peur, pour te faire agir : réfléchis plutôt à un moyen d’action à ta portée, non pas CONTRE quelqu’un ou quelque chose mais POUR les valeurs qui te tiennent à cœur ou POUR nourrir tes besoins insatisfaits.

 

2- On sourit.

Encore. Non mais vraiment, vas-y ! Même (surtout) si t’as vraiment pas envie.

Des scientifiques ont fait une expérience assez rigolote : ils ont observé ce qui se passait chez un groupe de personnes qui tient un stylo à l’horizontal dans leur bouche (#sourireforcé). Et bien, les hormones du bien-être sont sécrétées tout pareil que quand tu souris pour une bonne raison !! *

Du coup, je t’ai dégoté ce bonus-surprise-qui-dépote : le wikihow Comment sourire en 10 étapes !

 

https://www.youtube.com/watch?v=_DakEvdZWLk

 

 

3- On se bouge ! On fait l’effort de se faire plaisir.

Aussi paradoxal que ça puisse paraître, se faire plaisir peut demander un peu de volonté. Parce que t’as « pas envie », t’es « pas d’humeur » à rigoler, à jouer, à danser, à dessiner, à … être heureux ?! Alors, sache que l’action précède la motivation.

Sors tes crayons, ta guitare ou tes casseroles, allume ta musique et commence à danser ! Ou comme le suggère Raphaëlle Giordano dans son  livre « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une », « teste une séance de grimaces devant le miroir : c’est bon pour le moral et contre les rides. Tire la langue dans tous les sens, crie Wazaaaa, mime une grande tristesse et une grande joie comme le mime Marceau, récite les voyelles en forçant le trait, amuse-toi ! »

 

 

Ça prend quelques minutes, ce n’est pas immédiat, mais au bout d’un moment, ta biochimie change, le plaisir t’envahit et tu te régénères.

Moi, j’aime bien danser, ça combine exercice physique et plaisir, et ça se transforme si facilement en jeu ! Avec mes enfants, on a décidé de faire une « pause danse » tous les matins pendant le confinement (on utilise des videos « Just dance » sur youtube) et une pause jeux en extérieur l’après-midi.

Le plaisir et le jeu sont tes droits. Et un besoin biologique.
Quand ce besoin est satisfait, tu deviens plus apte à regarder tes problèmes de manière plus objective et surtout, à trouver de nouvelles solutions pour y faire face.

 

4- On se marre

Rire diminue le stress et les maladies cardio-vasculaires,
rire augmente les défenses immunitaires,
rire provoque la sécrétion de dopamine,
rire, c’est un véritable massage interne qui stimule tous les organes,
rire décontracte les muscles de l’abdomen, du cou et du visage,
et enfin, rire empêche de penser !!!

5- Et surtout on se téléphone !

Parce que finalement, c’est la composante majeure de ce confinement et ce qui nous manque cruellement : notre vie sociale, les contacts avec les autres. Et s’entendre en vrai, à mon avis, c’est ce qui se rapproche le plus de nos contacts habituels. Alors, on combat sa peur de déranger, sa peur de ne pas savoir quoi dire et on appelle !

Juste pour signifier : je pense à toi, je sais que ce n’est pas facile, ensemble, on va y arriver.

« Le sentiment d’être soutenu, apprécié et proche d’autrui retentit sur l’estime de soi, sur l’aptitude à faire face aux situations difficiles, sur le bien-être mental et même sur la santé physique. »

Alors, voilà, je voulais te le dire aujourd’hui avec Brené Brown : «Je peux me tenir là, avec toi, dans cet endroit désagréable et sombre ».

On y peindra ensemble des licornes et leurs cacas arc-en-ciel, histoire de ne pas se prendre trop au sérieux et de ne pas oublier de rigoler un peu aux détours des chemins inattendus que la Vie met sous nos pas.

Bref, on fait les cons, finement.

 

N’hésite pas à me faire suivre tes astuces pour gérer ton confinement comme un boss, je les partagerai peut-être dans la prochaine missive.

Bien à toi

Claire

« Vivre, ce n’est pas attendre que l’orage passe,
Vivre, c’est apprendre à danser sous la pluie. » Sénèque

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *