Prendre une pause.

 

Enfile ton scaphandre, on part reconquérir … ton temps !

C’est ta ressource limitée et non-renouvelable la plus précieuse. Une seule vie. 24 heures par jour.

La stratégie la plus courante actuellement : en faire le plus possible. Soyons productif, rentabilisons ce temps qui nous est donné. Surtout ne pas laisser de vide.

Bah oui, c’est flippant le vide.

 

Débordé-e, comment travailler, aimer et jouer quand personne n’a le temps.

Cet été je me suis plongée dans un bouquin passionnant que je n’ai pas fini de citer dans mes missives 😉 : Overwhelmed, How to work, love and play when no one has the time.

Dans ce livre truffé d’informations, Brigid Schulte, journaliste américaine, mère de 2 enfants, mène une enquête minutieuse pour comprendre pourquoi elle se sent dépassée et comment retrouver un équilibre de vie plus satisfaisant. Elle explore le fonctionnement du cerveau, les exigences du monde du travail, les normes culturelles, l’évolution des pratiques de loisir dans le temps et nous offre un recueil passionnant d’études sociales, de statistiques, d’interviews d’experts et d’observations personnelles.

Extraits en italiques avec une *

 

Être occupé est devenu une compétition.

C’est une question de statut. Comme si être occupé était un signe d’importance. […] Comme si accumuler les activités donnait sens à notre existence, rentabilisait notre passage sur terre. Même les loisirs des retraités ont l’air tellement épuisants !
« Quand tu es occupé, tu dis : voilà qui je suis. Je fais
quelque chose d’important. Je ne prends pas juste de l’espace sur Terre. » *

 

Voilà pourquoi nous n’avons plus le temps de nous arrêter.

Nous courons parce que nous avons oublié que notre valeur ne réside pas dans ce que nous faisons. Parce que nous avons perdu le sens de notre existence. Ce sentiment de vide et d’ennui si angoissant qu’on peut ressentir quand on s’arrête, n’est pas le résultat d’un manque d’activité. C’est le résultat d’un manque de sens.

Courir en tous sens sans réfléchir et se sentir en manque de temps « ne mène pas à la mort mais plutôt, comme l’ont observé les philosophes athéniens, à ne jamais commencer à vivre. » *

Comme le note Serge Marquis, docteur en médecine, spécialiste du travail et de la santé communautaire : « Nous voulons tout faire, tout voir, tout savoir, tout avoir, tout être, tout de suite, tout le temps, tout en même temps. » **

Sans jamais nous arrêter pour nous poser la question : dans quel but ??

Nous avons un temps et des capacités limitées. Nous avons à choisir et à faire le deuil de tout ce qu’on ne peut pas faire.

Choisir, voilà la clé.
1. Se retirer de la compétition de celui qui en fait le plus… s’arrêter !

Commence aujourd’hui, prends des pauses – mêmes courtes – et rappelle-toi que tu es formidable par nature, tu n’as rien à prouver à personne !!

Entre en toi-même et souris-toi de l’intérieur 🙂

Vraiment, essaie !

Au lieu de subir le vide, offre-toi un espace de respiration, du temps dont tu peux librement disposer. C’est la définition du loisir.

Pour le chercheur Ben Hunnicutt, le loisir c’est choisir de faire quelque chose sans autre but que de rafraîchir son âme. Simplement être et se sentir pleinement vivant. *

 

 

  1. Choisir de vivre ce qui a du sens pour toi.

Qu’est-ce qui te rend heureux-se ? Qu’est-ce qui fait que ta vie vaut la peine d’être vécue ? **

Les philosophes grecs considéraient le loisir comme le lieu de la pleine réalisation de l’Humain, […] comme un temps pour apprendre, se cultiver et entretenir ses passions. Un temps de jeu, de récréation, de connexion avec les autres mais aussi de méditation, de réflexion, de pensée profonde. A travers l’Histoire, ces temps de loisir ont vu naître les plus brillantes innovations, toutes les formes d’art, toutes les grandes avancées de l’humanité ! *

Quel est l’avenir d’une société qui ne prend plus de temps de loisir, libres de toute contrainte ?

 

Panach’âges, un lieu de loisir pour se poser, ensemble.

Voilà ce que je voudrais t’offrir : un espace bienveillant pour arrêter de courir et se reconnecter à soi-même, dans la chaleur et la joie de moments partagés.

Un lieu pour soutenir, pour redonner de l’humanité, de l’estime de soi, du sens.

 

Mais n’attends pas l’ouverture d’un village Panach’âges : commence aujourd’hui !

Arrête-toi quelques minutes pour ne pas oublier de profiter pleinement de ton passage sur Terre. Donner le meilleur de toi-même, t’émerveiller, apprendre, sourire, t’amuser, rire, échanger, partager, aimer – bref, être heureux-se !

« Don’t miss the show ! » comme dirait Serge.**

Ces pauses sont des bouées pour ne pas te laisser submerger. Tu verras qu’elles te redonneront la vitalité, la sérénité et la créativité nécessaires pour aborder les challenges de ta journée.

 

 

A bientôt,

Claire

** Je te recommande vivement cette conférence du Dr Serge Marquis sur laquelle je me suis appuyée pour écrire cette missive : Du plaisir et du sens dans la vie de tous les jours https://www.youtube.com/watch?v=nzfx88RAg1s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *